Antithèse : comment rater un projet

Synthèse de cet article :

Projet en retard

N’ajoutez pas de nouveaux développeurs, concentrez vous à résoudre tous les irritants, à fluidifier le travail, à adapter (réduire) le périmètre fonctionnel.

Temps morts

Un bon niveau d’occupation est 80%, au dessus cela devient contreproductif.
Il faut éviter la parallélisation des projets, privilégier le mono projet en serie, quitte à mieux lotir.

Projet versus maintenance

Il faut garder le même niveau d’expertise et de professionnalisme pour la phase projet (mise en place des fondamentaux) et la phase de maintenance (conservation des fondamentaux) .

Spécifique versus factorisable

Une brique réutilisable est en générale 3x plus complexe que du spécifique, est ce que cela vaut le coup?

Motivation : primes

Les primes sur de mauvais objectifs peuvent être contre productives. À privilégier : prime sur objectif précis, tâche connue. La collaboration et la créativité, deux éléments nécessaires, sont difficilement primables.

Localisation des équipes

Pour favoriser la communication et la collaboration les équipes ne doivent pas être éloignées de plus de 30 mètres.

Taille des projets

Il faut viser des petits projets avec des évolutions régulières. C’est à dire qu’il faut limiter fonctionnellement la v1.0

IT et core business

L’IT c’est le core business. L’IT définit ce que vous pouvez faire. La flexibilité de votre IT définit votre capacité à faire évoluer votre core business suivant vos contraintes économiques/marché.

Flashback : Enic Telecom Lille 1

Le temps passe vite et parfois cela vaut le coup de se replonger dans son parcours pour se rappeler ses choix ou d’en trouver de nouvelles justifications.

En 2002, année du passage à l’euro, je passe mon BAC au lycée technique Jules Ferry de Versailles. J’ai décidé depuis quelques temps de poursuivre mes études dans le nord en habitant chez mes grands parents. J’ai effectué deux choix pour la suite, un « ça passe ou ça casse » avec l’école d’ingénieur ENIC et sinon en DUT informatique.

Je monte donc mon dossier avec mes résultats scolaire pour l’ENIC, je passe aussi un examen de type QI dans un amphi de l’ENST Paris (Paris Telecom) et je suis ensuite invité à un examen oral à Villeneuve d’Ascq dans les locaux de l’école.

Soyons honnête, mes résultats scolaires étaient moyens, je ne pense pas être un cador des tests de QI, ça c’est donc joué sur l’entretien et encore pas tout à fait.

Je me suis donc retrouvé en entretien individuel, je ne me rappelle absolument pas de cet entretien. J’ai du y exposer mes motivations, mon attrait pour l’informatique, pour les télécoms, mon coté maker et démonteur…

Puis vient l’entretien de groupe où à plusieurs candidats nous sommes mis en situation de devoir gérer un projet. Durant cet entretien, il y avait dans le jury une femme, Nicole Semmoud, à ce moment là biensur pour moi cela n’a pas d’importance.

Quelques semaines plus tard, je suis contacté par l’école pour m’indiquer que je ne suis pas admis directement mais que je suis sur liste d’attente à la 11eme position.

« Ca passe ou ça casse » 🙂 Mais heureusement les autres candidats ont fait plus de concours que moi, et les places se libèrent et j’intégrer l’Enic en septembre 2002. Enic qui deviendra Enic Telecom Lille1, Telecom Lille1 et aujourd’hui IMT Lille Douai.

 

Second épisode : ma seconde année ratée

Fin de 1ere année, nous devons réaliser un stage ouvrier durant le mois de juin. Je me retrouve dans une imprimerie à Mons en Baroeul : Goossens. C’est un bon stage et qui va m’amener à décrocher mon job d’été durant juillet et aout. A posteriori cela a été un belle erreur mais que je ne vais pas, par la suite, regretter au final.

Pourquoi une erreur? Car je vais arriver en cours de seconde année assez fatigué sans avoir pris de vacances, sans avoir pu me changer les idées. J’attaque donc la seconde année en étant très peu concentré; Cependant en début d’année c’est le B31 (propagation des ondes), B33 (régime oscillatoire) suivi du B35 (suite propagation des ondes, équation de Maxwell) et des modules de gestion. Les écoles d’ingénieurs en 5 ans reproduisent les 2 ans préparatoires où on fait beaucoup de mathématiques et de physiques. Je vais littéralement me planter totalement en physique, ce qui est synonyme de rattrapage. Et malheureusement pour moi le rattrapage ne va pas me sauver. Je me retrouve donc en juillet 2014 en situation d’exclusion de l’école. Mon plan de backup c’est une école d’infirmerie ou de redoubler. Heureusement pour les malades et blessés j’ai redoublé. J’ai redoublé alors que mon dossier n’était pas forcément meilleur que d’autres qui avaient de meilleurs notes en seconde année que moi. Ce qui m’a sauvé c’était ma 1ere année excellente et une petite étoile, je pense que je dois beaucoup à Mme Semmoud pour la suite de mes études.

Troisième épisode : aucun regret

Septembre 2014, je change donc de promotion de FI2007 à FI2008. Je rejoins une très bonne promo avec 5 collègues de FI07, on aura de très bon liens ensemble et nous allons réussir à très bien nous intégrer dans cette nouvelle promotion. Je n’ai absolument pas regretté mon redoublement au final car il m’a permis de survolé ma 2nd année. L’avance m’a permis d’approfondir les sujets, de prendre beaucoup de confiance finalement en mes capacités, j’ai dompté les propagations d’ondes, les régimes oscillatoires, etc.

Après cela je ne me suis plus senti en difficultés, les bases étaient là.

Tant bien que ce qui a causé ma perte dans ma 1ere seconde année va devenir mon sujet de pré-dilection. En 5eme année je fais l’option technique ISOM (Ingénieur des Systèmes Optique et Micro-ondes), j’ai pu me remettre à étudier mes équations de Maxwell 🙂

Et je ne me suis pas arrêté là. A la fin de mon stage de fin d’étude en juillet 2008, diplomé, je négocie ma première embauche. Grâce à mon stage j’ai pu me pencher sur la technologie RFID. Je ne suis pas encore parti que je suis déja nostalgique de l’université, j’éprouve aussi un sentiment de gratitude et l’envie de faire quelque chose de plus. J’en discute avec ma tutrice de stage Mme Maricot qui m’aiguille vers les thèses CIFRE, permettant de travailler et de réaliser une thèse en même temps avec l’accord de l’entreprise. Bingo j’arrive à décrocher mon emploi chez Auchan dans la suite de mon stage tout en pouvant instruire ma thèse au sein de l’IEMN/IRCICA. Ma thèse portera grandement sur l’amélioration des conditions de propagations d’onde pour l’utilisation de la RFID. J’aurais l’occasion plus tard d’écrire aussi un flashback sur ma thèse, cela a été aussi une période extraordinaire.

Pour conclure, rien n’est joué d’avance, j’ai failli rater mon diplôme sur une matière qui finalement s’est avérée être la matière qui m’a le plus porté allant jusqu’à y consacrer 3 ans pour réaliser une thèse et obtenir un doctorat. Un beau pied de nez.

 

 

Jeu avec Pixi.js

Il y a un mois j’ai voulu me remettre à fond dans le bain du code. Je me suis abonné à Programmez ! Un des articles du numéro d’octobre était sur Pixi.js.

Cela m’a inspiré et j’ai donc codé un petit jeu de shoot (inspiré de Wii games).

Disponible ici : https://www.puissance.ovh (encore un nom de domaine que je recycle)

Vous aurez le plaisir de tirer sur :

  • des ballons
  • des cibles
  • des canards
  • des OVNI

Pour l’instant ça ne fonctionne que sur PC/Desktop. A venir la version mobile et pourquoi pas un classement…

Villeneuvedascq.ovh

J’ai lancé un nouveau site avec un nom de domaine que je m’étais réservé (jadis). Et oui les projets mettent parfois du temps pour éclore:

Réservé le 01/10/2015 pour faire un truc sur ma ville…

Pendant un certains temps je voulais créer un bot/crawler capable de parser automatiquement les événements (quoi, quand, où) mais j’ai vite été calmé par la complexité pour extraire  ces données. J’étais parti au début avec NLTK en Python mais j’avais l’impression de partir de loin rien que pour le « quand » qui est à mon avis l’information la plus structurée versus le « où » et le « quoi ». Quand je regarde aujourd’hui certaines API de bot, il y a tout de même de belles choses en reconnaissance de texte, cependant on ne peut pas construire un crawler sur une API ($$$) il faut maitriser l’algo.

Bref, entre temps je suis revenu à une ambition plus lean startup/mvp et j’ai décidé de ne pas crawler le monde entier mais juste le site de la mairie de ma ville, et de faire un bon vieux scrapping des données qui m’interessaient le quand/quoi+où.

En une soirée, j’ai mis au point un scrappy pour collecter mes données.

Puis j’ai pris mon temps pour coder le site en Symfony 3. Découvrir Doctrine, etc; Je me suis bien aidé de Linkedin Learning, hop quelques videos et la glace était brisée.

Le but du site est simple, passer d’un mode pull où on doit aller chercher l’information à un mode push par email. Je scrappe les événements de ma ville pour en faire une newsletter hebdomadaire. Je suis parti du constat qu’à Villeneuve d’Ascq il se passe énormément de choses et que c’est dommage de passer à coté de supers événements par manque de communication. Je me suis donc fait ma newsletter des événements de Villeneuve d’Ascq à la semaine.

Au passage j’ai rajouté une carte de curiosité sur la ville. J’espère y référencer au fil de l’eau les bâtiments, les œuvres d’arts, etc qui me plaisent.

Pour conclure et pour le fun :

  • Une semaine apres la mise en ligne je me suis fait pourrir mon formulaire par un bot… hop intégration de Recaptcha de Google
  • Je me suis aussi fait pourrir par des utilisateurs cette fois par manque de validation de l’email (j’acceptais tout par générosité). Et hop validation d’email.
  • Pour vous abonner, c’est ici : https://www.villeneuvedascq.ovh

 

 

Build un docker avec le Dockerfile

Première personnalisation d’un Docker sur la base Nginx + PHP de Richarvey

 

Il suffit d’éditer un fichier Dockerfile

admin@serveur-1:~$ cat Dockerfile
FROM richarvey/nginx-php-fpm
COPY ./index.php /usr/share/nginx/html/

Puis de build :

docker build -t mydockername .

 

prochaine étape, pusher sur un repository.

 

Voici un guide pour découvrir toutes commandes du Dockerfile

Docker sur Ubuntu 14

Premier lancement d’un conteneur Docker.

1/ installation

/etc/apt/sources.list.d/docker.list
deb https://apt.dockerproject.org/repo ubuntu-trusty main
sudo apt-get update
$ sudo apt-get install docker-engine
$ sudo docker run hello-world

 

2/ output

admin@serveur-1:~$ sudo docker run hello-world
Hello from Docker.
This message shows that your installation appears to be working correctly.
To generate this message, Docker took the following steps:
 1. The Docker client contacted the Docker daemon.
 2. The Docker daemon pulled the "hello-world" image from the Docker Hub.
 3. The Docker daemon created a new container from that image which runs the
 executable that produces the output you are currently reading.
 4. The Docker daemon streamed that output to the Docker client, which sent it
 to your terminal.
To try something more ambitious, you can run an Ubuntu container with:
 $ docker run -it ubuntu bash
Share images, automate workflows, and more with a free Docker Hub account:
 https://hub.docker.com
For more examples and ideas, visit:
 https://docs.docker.com/userguide/
admin@serveur-1:~$